Fronde anti-radars en Bretagne : le préfet tape du poing sur la table

Publié le

Fronde anti-radars en Bretagne : le préfet tape du poing sur la table

Comme l'indique Le télégramme, Le préfet du Morbihan nommé en 2019 par Emmanuel Macron sur proposition d'Edouard Philippe, tape du poing sur la table. Le haut fonctionnaire s'insurge contre les destructions de radars et reste déterminé à retrouver les auteurs des délits tout en assurant un remplacement immédiat des dispositifs de contrôle sanction automatisé hors-services.

Deux ans après le début du mouvement des Gilets jaunes et la démolition massive des radars, les dégradations reprennent de plus belle. En Bretagne, les autorités publiques tirent les fusées de détresse : trois radars ont été détruits ou dégradés en quelques jours sur la RN165.

Face à l'impétuosité des dissidents, le préfet joue la carte de la surenchère "La destruction des radars ne fait que renforcer ma détermination et tous les moyens seront mis en œuvre pour retrouver les auteurs". Il tient à préciser que huit radars supplémentaires seront installés en 2021 dans le département tout en rappelant que 18 voitures banalisées sillonnent les routes bretonnes, jour et nuit avec des radars embarqués. Dans le Morbihan, cela représente 30 000 kilomètres par mois. Le préfet met également en avant sa réactivité : "le jour-même de la destruction d'un radar, je commande son remplaçant". Un bon de commande de 40 à 70 K€ est donc immédiatement validé, ce qui n'est sans doute pas sans réjouir le service commercial d'IDEMIA, fournisseur de la majorité des radars automatiques implantés sur le territoire français. Le groupe français spécialisé dans la reconnaissance faciale, propriété du fond d'investissement américain Advent International, est par ailleurs mentionné sur le site Technopolice, où on apprend sans surprise, son implication dans le vaste projet "Sécurité globale". Cette proposition de loi fait l'objet de fortes inquiétudes dans l'opinion mais aussi de critiques de l'ONU qui la juge "incompatible avec le droit international des droits de l'homme"

>> A lire aussi - Loi sécurité globale : la République en marche vers une techno-dictature ?

Le préfet droit dans ses bottes

Le préfet droit dans ses bottes

Huit radars supplémentaires seront installés en 2021 dans le département

Préfet du Morbihan

Un radar mis hors-service chaque jour

Selon le site spécialisé Radars-auto.com, il ne se passe pas une journée sans qu'une photo de radar mutilé s'étale dans la presse locale et le phénomène semble encore s'accélérer ces dernières semaines. Après 2018 et 2019 qui ont vu près de 20 000 dégradations de radars, l'amélioration de la situation était notable au premier semestre 2020 grâce à l'effet du premier confinement. 

La cible actuelle semble être le fameux radar tourelle, un grand classique qui, selon les autorités, remplacera à terme le bon vieux radar fixe équipé de bandes jaunes et noires. Le tourelle MESTA FUSION 2 d'IDEMIA se fait régulièrement agressé à coup de pierre ou de fusil mais c'est surtout son mât qui est attaqué et découpé à la disqueuse. L'incendie reste également un moyen d'attaque assez largement employé.  

Le radar autonome n'est pas en reste. A la fin de l'été 2020, ce type d'appareil a  été victime d'une redoutable vague de révolte anti-radars avec une dizaine d'appareils dégradés, détruits ou parfois même totalement atomisés en l'espace d'un mois.   

Des actions coordonnées entraînent parfois la destruction de plusieurs radars quasi simultanément, ce fût récemment le cas autour de Brignoles dans le Var avec 5 radars abattus en une nuit

À Forcalqueiret, la tourelle n’a pas supporté les flammes

À Forcalqueiret, la tourelle n’a pas supporté les flammes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Nyme, Ano 07/12/2020 01:22

Il n'a pas un nom, ce prefet? Des fois qu'on le retrouve avec sa caboche demolie par un des ses radars cheris?