Macron sort l’artillerie lourde avec le radar tourelle Mesta Fusion

Publié le

Le dispositif de répression routière prend une tournure paramilitaire. Prévus depuis plusieurs années, les radars tourelles s’implantent sournoisement sur les routes de France.

Macron sort l’artillerie lourde avec le radar tourelle Mesta Fusion

Ces radars voulus par Emmanuel Macron restent largement impopulaires. En parallèle de l’une des mesures les plus contestées de son quinquennat : le passage au 80 km/h, l’autre arme de guerre, c’est le déploiement massif des radars tourelles Mesta Fusion, prévus en intégralité d’ici fin 2020, avec 1200 outils de verbalisation implantés à travers l’hexagone. Dispositifs multi-infractions, ils permettront de dresser plusieurs contraventions simultanément. Vitesse, distance de sécurité, dépassement interdit, téléphone, ceinture, passage feu orange, dépassement par la droite… tout y passe.

Macron sort l’artillerie lourde avec le radar tourelle Mesta Fusion

Ce « super-radar » intelligent mais surtout impitoyable développé par la société Idemia (ex-Morpho) est une véritable machine de guerre capable de détecter une multitude de véhicules en même temps sur plusieurs voies différentes.

Les verbalisations abusives vont obligatoirement exploser avec ce matériel. Main sur le téléphone fixé au pare brise en mode gps, verbalisation ? Distance de sécurité non respectée au mètre prêt, verbalisation ? Dépassement par la droite pour éviter un danger potentiel, verbalisation ? Dépassement d’un cycliste avec franchissement ligne blanche par mesure de sécurité, verbalisation ? Sur les millions de contrôles effectués avec ces appareils, des cas particuliers seront évidemment rencontrés et donneront lieu à des injustices incroyables.    

Macron sort l’artillerie lourde avec le radar tourelle Mesta Fusion
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article