Pour mieux piéger les usagers, un radar autonome est installé juste après un radar fixe sur une route nationale limitée à 80 km/h

Publié le

Pour mieux piéger les usagers, un radar autonome est installé juste après un radar fixe sur une route nationale limitée à 80 km/h

Flashée deux fois en une minute par deux radars, cette automobiliste du Doubs a même pensé à une erreur des autorités lorsqu'elle a reçu ses deux contraventions. Après avoir contesté l'une des deux, elle réalise qu'elle n'aurait pas dû. Aussi invraisemblable que ça puisse paraître, un radar autonome était bien installé environ un kilomètre après un radar fixe sur la RN57 en direction de Pontarlier. Pour avoir circulé à 85 km/h au lieu de 80 km/h, la conductrice finit par s'alléger de 226 euros après avoir été, entre autres, mal orientée par un agent du service public.

Son véhicule arrivant à Étalans, il est flashé une première fois à 12 h 09, à 89 km/h (84 km/h retenus) au lieu de 80 km/h. À 12 h 10, un kilomètre plus loin, toujours à Étalans sur la RN 57, la Golf est flashée à nouveau à 91 km/h (86 km/h).

L'Est Républicain

Vérification des faits

L'Est Républicain qui a publié l'information indique qu'un radar embarqué dans une voiture banalisée est à l'origine du deuxième contrôle. Après vérification des deux avis de contravention visibles dans l'article, le radar indiqué sur la deuxième contravention est un F1HP - POLISCAN (radar autonome). 

En conclusion de l'article, on peut lire : "les forces de l'ordre ont-elles agi par loyauté en opérant un contrôle de vitesse un kilomètre après un radar fixe". Etant donné qu'il s'agit d'un radar autonome et non d'un radar embarqué conduit par la gendarmerie, la décision d'opérer un contrôle à cet endroit relève du département et plus précisément du préfet

Pour encaisser l’argent, l’État sait faire. En revanche, pour donner des informations sur mon dossier, c’est vraiment moins facile

Christelle Gaden

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article