Radar covoiturage : le nouveau dispositif de contrôle sanction à 135 euros débarque en avant-première à Lyon et Grenoble

Publié le

Radar covoiturage : le nouveau dispositif de contrôle sanction à 135 euros débarque en avant-première à Lyon et Grenoble

En bordure de l'autoroute A7 en direction de Lyon et de l'A48 en direction de Grenoble, de nouveaux boitiers ressemblant à des radars de vitesse sont apparus dernièrement. Il s'agit de dispositifs destinés à contrôler le nombre d'occupants à bord des véhicules et à verbaliser si le compte n'est pas bon.

La mise en place d'une voie dédiée au covoiturage est une nouveauté en France. Après les voies cyclables quasi-inutilisées dans les centres villes, périphéries et le désastre du Plan vélo de Paris,  la tendance est au développement d'une voie de gauche sur autoroute réservée au covoiturage. Avec cette énième mesure coercitive, les usagers de la route dans l'impossibilité de covoiturer seront la nouvelle cible des radars dédiés et pourront écoper d'une verbalisation à hauteur de 135 euros. Légitime de qualifier ce nouveau radar de dispositif piège quand on connait les difficultés pour changer de voie lorsque le trafic est dense. Des usagers de la route se retrouveront bloqués sur la voie de gauche, pris dans la nasse, en proie au stress et à l'angoisse quand il deviendra impossible de se rabattre avant le radar, leur conduite deviendra alors dangereuse et occasionnera de possibles accidents de la route. Les motards circulant systématiquement entre les deux voies de gauche dans ce genre de configuration, seront davantage mis en danger et exposés aux risques d'accident. Une mesure en somme totalement contre productive qui ne fera qu'apporter du désordre sur les grands axes. L'idée de base est de fluidifier le trafic en réduisant potentiellement le nombre de véhicules. Entre la théorie et la pratique, le fossé est grand. L'immense majorité des usagers de la route seuls dans leur véhicule, ne le sont pas par choix mais par obligation

Sous l'impulsion d'Anne Hidalgo, le boulevard périphérique de Paris devrait aussi bientôt voir sa voie de gauche réservée aux covoitureurs avec bien entendu l'implantation de dispositifs de contrôle sanction. La maire de Paris envisage également d'abaisser la vitesse maximum de circulation à 50 km/h, de bloquer une autre voie pour les cyclistes ou de fermer l'axe temporairement pour organiser des fêtes populaires...

 

 

     

Publié dans Radars covoiturage

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article