Des officiers de police et gendarmerie confinés à la bêtise

Publié le

Ils ont été verbalisés pour non-respect du confinement et dénoncent des amendes abusives. Pourtant, les contestations restent marginales. Explications. 

Des officiers de police et gendarmerie confinés à la bêtise

La procédure reste lourde pour contester un PV de 135 euros, les gens estiment que ça ne vaut pas la peine de se lancer dans des processus fastidieux, craignent une augmentation de leur amende et se disent finalement que ça ira plus vite de payer.

C'est toujours le pot de terre contre le pot de fer.

Mon fils de 15 ans a été verbalisé le 15 avril 2020 alors qu'il était sorti juste 30 minutes pour faire de la corde à sauter, histoire de s'aérer un peu, il avait bien son attestation sur lui, mais il s'était trompé juste sur l'horaire… La police municipale l'a contrôlé et lui a expliqué gentiment que la prochaine fois, il fallait faire attention. Quelques minutes plus tard, une voiture foncée, sûrement la Bac, est arrivée et un type pas sympa est sorti de cette dernière et lui a finalement dressé une amende de 135 €, tout en l'intimidant.

Le centre du problème, c'est qu'on a donné trop de pouvoir aux officiers de police ou à la gendarmerie, or la loi pénale est d'interprétation stricte et il ne doit y avoir aucune subjectivité. Dès lors que ce sont les forces de l'ordre qui apprécient les motifs pour verbaliser, beaucoup de procès-verbaux vont pouvoir être annulés.

Source Le Point 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article