Bretons, vous rêvez de verbaliser votre famille ou vos amis ? Mobiom recrute !

Publié le

Bretons, vous rêvez de verbaliser votre famille ou vos amis ? Mobiom recrute !

Dans le cadre de l'important déploiement des radars mobiles à travers l'hexagone, la société Mobiom recrute massivement des conductrices ou conducteurs, dans un premier temps, sur le secteur ouest de la France. Cette société offre la possibilité aux bretons qui souhaitent mitrailler et coller du PV tout azimut, d'assouvir leur souhait. 

Pour 1400 euros net / mois (pas de commission sur le CA, ça serait le jackpot sinon...), ces forçats du macadam auront donc la possibilité de barouder de jour comme de nuit, week-end et jours fériés, contre vents et marées. Météo clémente ou conditions dantesque, ces stakhanovistes de la sécurité routière seront sur le pont, qui plus est, la conscience tranquille, car ils auront juste à piloter un véhicule et à lui passer un coup de karcher quand bon leur semble. Le reste sera intégralement contrôlé à distance par les autorités publiques depuis un centre opérationnel. 

Ironie du sort, ces collaborateurs privés au service du ministère de l’intérieur auront donc la possibilité de verbaliser leurs amis ou membres de leur famille. Ils pourront donc les entendre raconter, à l'apéro ou à table le dimanche midi, qu'ils ont été verbalisés par erreur par un radar mobile nouvelle génération et qu'ils sont maintenant obligés de payer 135 euros de consignation pour pouvoir contester cette contravention abusive. Somme qui leur sera peut être jamais remboursée, ou seulement après quelques années et un passage par la case tribunal de police, la cour d'appel ou un recours auprès du défenseur des droits.

Une ubérisation de la société qui prend une nouvelle forme avec une énième insulte aux automobilistes bretons. Après le mouvement des Bonnets rouges et dans un contexte tendu de celui des Gilets Jaunes, cette invasion de la Bretagne par les radars mobiles rimera t'elle avec révolution armoricaine ?

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article